13 novembre 2014
Microscopie par imagerie en Résonance de Plasmon de Surface (SPRi) : les grands champs de vision enfin résolus
Contact : Loic LEROY

Figure 1: Microscopies (a) SPR haute résolution (b) optique classique de lymphocytes T capturés sur plots d’anticorps. (c) Microscopies SPR haute résolution de bactéries (Staphylocossus epidermidis) et zoom numérique sur quelques bactéries en insert.

Afin de rendre la microscopie compatible avec la visualisation simultanée de cellules uniques et de leurs sécrétions moléculaires, nous avons développé un dispositif d’imagerie SPR haute résolution et grand champ.

 

La SPRi est une méthode de transduction très sensible qui permet de faire du suivi d’interaction moléculaire en temps réel et sans marquage. Elle est largement mise en œuvre dans les biopuces pour effectuer des reconnaissances anticorps/antigènes. Malheureusement dans des conditions usuelles d’utilisation, cet outil ne présente pas la résolution spatiale permettant l’étude des secrétions cellulaires individuelle sur plusieurs milliers de cellules en parallèle. Ces informations assureraient pourtant l’analyse et la compréhension fine de nombreux mécanismes cellulaires essentiels. On peut citer par exemple les réponses du système immunitaire dans le cadre des inflammations, vaccinations…

 

Pour faire sauter les verrous technologiques, les aberrations optiques et les caractéristiques des plasmons de surface (longueurs de propagation et sensibilités) ont été analysées. Ainsi, des conditions opératoires optimisées ont été définies ; des prismes SPR dédiés ont été mis en œuvre et un banc de microscopie SPR grand champ a été conçu. Ce dernier nous a d’ores et déjà permis de faire l’observation de cellules (bactéries et eucaryotes figure 1) par SPR à une résolution combinée avec des champs d’observations non encore rapportés.

 

Ce travail découle directement des résultats initialement obtenus lors du projet Elispri soutenu par le programme transverse CEA Techno Santé et a été financé par L’A.N.R. dans le cadre des projets Multicells et Cellestim.

 

Plus de détails dans Optics Express doi : 10.1364/OE.22.022771.

 

Maj : 13/11/2014 (1082)

 

Retour en haut