15 avril 2010
La RMN du solide met le turbo
Contact : Michel Bardet

Le Laboratoire de résonance magnétique du SCIB a développé une méthodologie qui réduit le temps des expériences de RMN en phase solide d’échantillons marqués en 13C, permettant ainsi un gain en temps ou en sensibilité. L’application de cette découverte va être d’autant plus intéressante pour la mise en œuvre de techniques sophistiquées comme la RMN 2D ou 3D pour lesquels la longueur des temps d’expérience est pénalisante. La contrainte en temps est pourtant intrinsèque aux lois de la physique : il faut bien qu’entre deux impulsions de champ, l’aimantation des noyaux ait relaxé ! La méthode du SCIB consiste à utiliser une impulsion d’excitation sélective en fréquence spécifique d’un signal du 13C au lieu de l’impulsion large bande traditionnelle. La relaxation longitudinale de l’aimantation du 13C excité est ainsi nettement accélérée, ce qui permet d’enchaîner plus rapidement les excitations successives. La démonstration expérimentale de la méthode a été réalisée sur des protéines à l’état solide, où un gain en temps allant jusqu’à 45% a pu être observé.

 

Référence: Impact of selective excitation on carbon longitudinal relaxation: Towards fast solid-state NMR techniques, M. Giffard et al., Journal of Magnetic Resonance 200 (2009) 153–160

 

Maj : 30/05/2013 (588)

 

Retour en haut