20 novembre 2009
Chélateurs du cuivre pour la santé

Cu(I) « capturé » par les trois bras (cystéine) de la pince moléculaire. En gris : Cu, en jaune : S.

Le cuivre est un oligo-élément indispensable aux cellules vivantes. Un excès de cet élément peut néanmoins provoquer de graves maladies (ex. maladie de Wilson). Le SCIB/RICC a mis au point une molécule biomimétique riche en soufre, capable d’encapsuler le cuivre excédentaire de façon sélective. Ces travaux ouvrent la voie vers un vrai traitement efficace et ciblé de la surcharge en cuivre dans le foie avec à la clef plus de confort pour les patients. Contrairement aux traitements actuels qui essaient de limiter l’absorption du cuivre alimentaire (Cu2+), cette molécule capture le cuivre intracellulaire (Cu+), grâce à une « pince » à 3 cystéines (un acide aminé soufré). En plus de sa très forte affinité pour le cuivre, elle est très sélective vis-à-vis d’autres métaux utiles comme le zinc.

 

Maj : 17/02/2017 (600)

 

Retour en haut