20 novembre 2009
Oxygène liquide en microgravité
Denis Chatain

OLGA

Comment se comportent les ergols (H2 et O2 liquide) dans les réservoirs des lanceurs spatiaux lorsque les moteurs sont coupés ou redémarrés après une phase de vol balistique ? C’est ce qu’a étudié la station Olga du SBT qui a été récemment modifiée pour pouvoir réaliser des variations rapides de gravité dans une cellule contenant de l’oxygène liquide. Un effet geyser a été observé dans les premières expériences qui ont simulé l’effet d’un passage de 0g à 0,4g (et inversement) en moins d’une seconde. Ces études visent à maîtriser mieux le fonctionnement des moteurs spatiaux. Les expériences menées sur la station Olga permettront de valider, avec des géométries simples, des codes de calcul thermo-hydraulique utilisés pour prédire les comportements des ergols. Ces codes peuvent ensuite être appliqués dans le cas de géométries réelles et donc plus complexes. Par exemple, ils peuvent aider à trouver des cloisonnements astucieux dans le moteur pour éviter la formation de geysers dans les réservoirs lors d’accélérations de l’engin. Les geysers peuvent générer des balourds et de fortes évaporations des liquides cryogéniques et ainsi diminuer l’autonomie du lanceur.

 

Maj : 30/08/2010 (603)

 

Retour en haut