20 avril 2009
Génotoxicité des oléfines

609
La lésion O6-hydroxyethylGuanine

Dans le cadre de l’étude des propriétés mutagènes des oléfines et de leurs dérivés époxydes - un programme de recherche pluriannuel, financé par l’industrie chimique - le LAN a synthétisé des sondes ADN présentant des lésions alkylées définies (produits de réaction avec l’oxyde d’éthylène et de propylène, composés très utilisés dans l’industrie chimique). Ces lésions sont-elles bloquantes pour la réplication de l’ADN, et donc létales pour la cellule, ou non ? Et si non, sont-elles mutagènes ? En collaboration avec l’université d’Aix-Marseille, ces sondes ont été transfectées dans des cellules en culture. Il a été montré que les lésions dues à de petits adduits (méthyle) sont réparées efficacement, tandis que les adduits plus volumineux (de type hydroxyéthyle et au-delà) créaient des lésions hautement mutagènes.

http://dx.doi.org/10.1016/j.dnarep.2009.01.022

 

Maj : 17/02/2017 (609)

 

Retour en haut