16 mars 2008
Matériaux hybrides nanostructurés pour l’électronique organique

Le laboratoire LEMOH du SPrAM, et l’Institut Charles Sadron de Strasbourg ont fabriqué des matériaux hybrides polymères conjugués semi-conducteurs / nanocristaux semi-conducteurs dont la nanostructuration est particulièrement adaptée au photovoltaïque organique et à l’électronique organique (transistors ambipolaires). Un hybride organique/inorganique a une forte tendance à la démixtion spontanée de ses composants. Or les processus physiques en jeu (séparation et transport des charges) nécessitent une homogénéité à l’échelle de 10 nm typiquement. La technique de solidification directionnelle épitaxiale mise en œuvre ici répond à cette exigence : le polymère se structure en une alternance de zones cristallisées et amorphes de quelques dizaines de nm de taille moyenne, et les nanocristaux viennent se disperser au sein des zones amorphes. Les études ont été réalisées avec le P3HT (le « meilleur » polymère actuellement du point de vue de l’électronique organique) et des nanosphères de CdSe et FePt, ainsi que des nanobâtonnets de CdSe. Dans ce denier cas on obtient en sus un alignement des bâtonnets avec la direction de cristallisation du P3HT.

http://dx.doi.org/10.1002/adma.200700311

 

Maj : 17/02/2017 (653)

 

Retour en haut