16 décembre 2007
Une jauge de dilatation pour traquer l’ordre magnétique caché
Alain Villaume

Une équipe du SPSMS a utilisé un dispositif en apparence très simple pour améliorer fortement la précision dans la détermination des transitions de phases magnétiques. Une jauge de dilatation, sensible à une variation de un pour dix millions, est collée sur l’échantillon placé dans une cellule de pression (1,5 GPa, 1,5 K) et étudié en diffusion des neutrons à l’ILL. Cette précision sur la variation du paramètre de maille, cent fois supérieure à ce que fournit la diffraction des RX, permet de montrer que la transition de CeRh2Si2 (antiferromagnétique) vers la phase supraconductrice est du premier ordre. En cours également, l’étude d’une phase d’ordre caché dans le diagramme de URu2Si2 qui résiste à l’analyse depuis longtemps !

 

Maj : 25/08/2010 (659)

 

Retour en haut