16 mars 2007
Lumière théorique sur les agents de contraste
Pascal H. Fries

Basé sur un travail théorique approfondi conduit au SCIB, les chimistes de ce laboratoire disposent d'un nouveau protocole expérimental de routine pour mesurer des paramètres caractéristiques de l’efficacité des agents de contraste (AC) pour l’imagerie par résonance magnétique (IRM) et ainsi rationaliser la synthèse de nouveaux AC donnant le meilleur contraste d'image. L’efficacité est décrite par la relaxivité, capacité à augmenter la vitesse de relaxation des protons de l'eau voisine. Cette augmentation est à l'origine d'une nette amélioration du contraste d'image des tissus contenant l'agent. La plupart de ces AC sont des complexes de l'ion gadolinium(III) paramagnétique, dont la relaxivité dépend notamment de la vitesse de rotation Brownienne du complexe et de la vitesse d’échange des molécules d’eau coordonnant l'ion. Les chimistes corrèlent ces grandeurs moléculaires à la structure des ligands qu'ils synthétisent pour complexer l'ion gadolinium.

 

Maj : 25/08/2010 (682)

 

Retour en haut