16 novembre 2006
Des ions de terres rares pour le calcul quantique
Serge Gambarelli

Les ions Er3+ sont de bons candidats pour fournir les qubits (les bits d’information quantique) d’un futur ordinateur quantique. C’est ce que vient de montrer une équipe du DRFMC/SCIB en collaboration avec le CNRS et l’université de Marseille. Contrairement à leurs concurrents, les qubits supraconducteurs ou les spins électroniques dans les boîtes quantiques qui « fonctionnent » à 0,1K, les terres rares, qui possèdent un haut spin, montrent un temps de cohérence et un facteur de cohérence élevés à la température de l’hélium liquide. Les mesures ont été effectuées sur un spectromètre RPE pulsé, avec des séquences d’impulsions semblables à celles de la RMN.

 

Maj : 25/08/2010 (695)

 

Retour en haut