16 octobre 2006
Des progrès décisifs dans la compréhension de la « crise d’ébullition » qui menace les échangeurs de chaleur
Daniel Beysens

L’équipe ESEME (DRFMC/SBT – ESPCI – CNRS) vient de donner une validation expérimentale de leur théorie de la crise d’ébullition. Cette crise affecte le refroidissement d’installations industrielles et peut conduire à une fusion catastrophique des matériaux. Le modèle décrit la poussée exercée par la vapeur sur le liquide. Cette force de recul tend à étaler les bulles en formation et augmente donc la quantité de vapeur à l’interface solide/liquide. La couche de vapeur est un isolant thermique qui supprime le très important transfert apporté normalement par l’ébullition. En travaillant sous gravité réduite dans l’hydrogène à 33K (au voisinage du point critique), les phénomènes sont considérablement ralentis, ce qui en permet l’étude physique approfondie.

 

Maj : 30/08/2010 (698)

 

Retour en haut