22 avril 2011
La commutation optique flirte avec le Terahertz

La fréquence de résonance de la cavité se décale de plus d'une largeur raie, uniquement pendant la durée du faisceau pompe (<1 ps). C'est ce que l'on voit sur ces trois mesures de réflectivité du faisceau sonde, avant , pendant et après le pompage.

Une équipe INAC associée avec des chercheurs néerlandais de l’université de Twente a réalisé l’interrupteur photonique « tout optique » le plus rapide du monde : la double commutation s’effectue en moins d’une picoseconde (ps), soit une fréquence potentielle de 1 THz, alors que les meilleurs switchs télécoms plafonnent à quelques dizaines de GHz. S’il s’agit encore de travaux très exploratoires, ils ouvrent de vastes perspectives en transmissions optiques et dans les systèmes de télécoms multi longueurs d’ondes ; aussi, un projet européen devrait débuter en 2012 pour accélérer le développement de la technologie.
L’équipe franco-néerlandaise est parvenue à ses fins en modifiant la manière d’exciter une microcavité optique. D’habitude, cette excitation est réalisée avec un faisceau lumineux qui injecte des électrons et des trous et modifie ainsi l’indice de réfraction du matériau ; mais il faut attendre 10 à 100 ps pour que les paires électrons-trous se recombinent et que le système revienne à son état initial.
Les chercheurs ont réalisé un montage optique pompe – sonde dont les énergies et les délais sont tels que la lumière traverse le matériau sans être absorbée. Mais un autre phénomène physique, l’effet Kerr électronique, modifie instantanément l’indice de réfraction de la cavité en présence du faisceau pompe. En théorie, une impulsion de 0.1 ps déclencherait donc une ouverture/fermeture de même durée. Ces travaux ont donné lieu à trois highlights, dans Nature, Nature Physics et Nature Photonics.

 

Ultimate fast optical switching of a planar microcavity in the telecom wavelength range
Ctistis G, Yuce E, Hartsuiker A, Claudon J, Bazin M, Gerard JM, Vos WL
Applied Physics Letters 98 (2011) 161114
http://dx.doi.org/10.1063/1.3580615

 

Maj : 13/10/2011 (758)

 

Retour en haut