Simulation nanomagnétique

Bicouche magnétique : matériau antiferro-magnétique (en haut) et matériau ferro-magnétique (en bas). La rugosité de l'interface est à l'origine de parois magnétiques dans ce dernier matériau (la couleur code l'orientation des moments magnétiques atomiques).

Les propriétés magnétiques des nano-objets dépendent non seulement des propriétés atomiques, mais aussi de leur structure, de leur forme et de l’environnement physique. Leur comportement magnétique est donc souvent complexe et nécessite une approche de simulation numérique pour le comprendre qualitativement et quantitativement.

Voir l'exemple de l'interaction entre un défaut cristallin (micromacle) et une parois magnétique :article.

 

détail de l'interface entre un agrégat icosaèdrique ferro-magnétique (Co) et un oxyde antiferro-magnétique (CoO).

La répartition magnétique est obtenue en minimisant l'énergie magnétique totale par rapport aux orientations des moments magnétiques (spin d'Heisenberg, positions et orientations tridimensionnelles). Cette méthode permet d'étudier des systèmes de quelques dizaines de milliers d'atomes et en particulier l'évolution de l'aimantation totale en fonction du champ magnétique appliqué (cycles d'hystérésis).

 

Détail d'une paroi magnétique calculée.

Maj : 17/10/2013 (293)

 

Retour en haut