LA PHYSIQUE DES PARTICULES A L'ASSAUT DES PYRAMIDES D'ÉGYPTE : APPLICATION DE LA TOMOGRAPHIE MUONIQUE
Christophe FILOSA
Département de physique Nucléaire (DPhN)
Vendredi 15/09/2017, 12h30-13h30
Amphi Minatec, CEA-Grenoble

Envoûtantes, mystérieuses, sources infinies de fantasmes, les pyramides d'Égypte, et notamment celle de Khéops, ne cessent de nous émerveiller. Ces vestiges pharaoniques n'ont pourtant pas révélé tous leurs secrets. Aujourd'hui il est encore impossible de décrire avec certitude comment a été érigée en à peine vingt-cinq ans la grande pyramide de Khéops, ce colosse de pierre, le plus grand jamais construit par l'homme, de 150 mètres de haut, d'une masse de 5 millions de tonnes et d'une base de 5 hectares. Comment sonder un objet aussi massif de manière non destructive ? Comment faire apparaître au grand jour sa structure interne ainsi que les potentielles structures internes non connues à ce jour ? Et si la réponse venait du ciel, ou plus précisément des muons? Ces particules subatomiques, 200 fois plus massives que l'électron, sont produites lors de la collision de rayons cosmiques (protons issus du milieu intergalactique) et de la haute atmosphère terrestre. Les muons arrivant jusqu'au sol peuvent traverser sur plusieurs dizaines de mètres des matériaux de différentes densités telles que les roches. Ainsi en développant des détecteurs gazeux qui permettent de détecter leur passage et de reconstruire leur trajectoire, l'équipe du CEA Saclay est en mesure de scanner l'intérieur d'objet massifs tels que des ponts, des barrages ou encore ... les pyramides de Gizeh ! C'est pourquoi, le CEA Saclay fait partie de la mission ScanPyramids, mission scientifique internationale conçue et coordonnée par l'institut HIP et la faculté des ingénieurs de l'Université du Caire, sous l'autorité du Ministère des Antiquités Égyptien. La mission rassemble, en plus des équipes de l'IRFU du CEA, d'autres spécialistes en muographie de l'Université de Nagoya et du KEK japonais.
Cet exposé présentera donc les techniques de tomographie muonique ainsi que ses résultats et permettra de connaître un peu plus en détail une méthode d'imagerie qui tend à se développer.

Contact : Michel BENINI

 

Retour en haut