Thermoélectricité : L’apport des nanostructures pour des sources d’énergie renouvelable
Younès EZZAHRI
Université de Californie à Santa Cruz
Jeudi 15/01/2009, 16h00
Amphi P015, PHELMA Polygone
La thermoélectricité se présente comme l’une des méthodes les plus élégantes et fiables en tant que source d’énergie renouvelable, ainsi qu’une voie très attractive pour la réfrigération et la régulation de température aux petites échelles dans les composants électronique et optroniques. La performance thermoélectrique d’un matériau est quantifiée en utilisant un paramètre sans dimension appelé « Facteur de mérite » ou « ZT ». Ce facteur est une combinaison des propriétés thermoélectriques du matériau en question : conductivité électrique, conductivité thermique, coefficient Seebeck et la température absolue T. Plus grande est la valeur de ce facteur, meilleure est la performance thermoélectrique du matériau en question que ce soit pour la conversion d’énergie ou bien pour la réfrigération. En théorie, nulle limitation thermodynamique n’existe pour ce facteur. Cependant, le facteur de mérite de la majorité des matériaux massifs utilisés jusqu’à lors est de l’ordre de l’unité à température ambiante. Seules les nanostructures échappent à cette règle...
Contact : Michel BENINI

 

Retour en haut