Dernière mise à jour : 03-12-2016

20 sujets INAC

• Biotechnologie, biophotonique

• Biotechnologies, nanobiologie

• Electronique et microélectronique - Optoélectronique

• Interactions rayonnement-matière

• Matière ultra-divisée, physico-chimie des matériaux

• Matériaux et applications

• Physique du solide, surfaces et interfaces

• Physique mésoscopique

• Physique théorique

• Toxicologie

 

Dosage de biomarqueurs sanguins : applications au chevet du patient

SL-DRF-17-0398

Domaine de recherche : Biotechnologie, biophotonique
Laboratoire d'accueil :

SYstèmes Moléculaires et nanoMatériaux pour l’Energie et la Santé (SyMMES)

Groupe Chimie pour la Reconnaissance et l'Etudes d'Assemblages Biologiques (CREAB)

Grenoble

Contact :

Myriam CUBIZOLLES

Arnaud BUHOT

Date souhaitée pour le début de la thèse : 01-11-2016

Contact :

Myriam CUBIZOLLES

CEA - DRT/DTBS/SBSC/LBAM

04 38 78 96 61

Directeur de thèse :

Arnaud BUHOT

CEA - DRF/INAC/SyMMES/CREAB

04 38 78 38 68

La prise en charge médicale d’un patient nécessite très régulièrement le dosage de biomarqueurs sanguins pour le diagnostic ou encore le traitement de sa maladie. Parmi les différents modes de détection des biomarqueurs, nous avons retenu l’immuno-PCR et l’agglutination des globules rouges autologues. Ils mettent en jeu des réactifs bispécifiques capables de simultanément reconnaître la cible d’intérêt et révéler le signal permettant la détection.

Nous proposons dans le cadre de cette thèse de développer un test biologique rapide et sensible par les deux voies décrites ci-dessus. L’objectif principal est de démontrer la faisabilité d’un dosage direct de cibles dans une goutte de sang total du patient par un dispositif portable (de type Point-of-Care POC). Le but est d’obtenir des limites de détection analogues à celles de la méthode de référence, l’ELISA.

Biocapteur multi-échelles pour l'immunologie

SL-DRF-17-0415

Domaine de recherche : Biotechnologies, nanobiologie
Laboratoire d'accueil :

SYstèmes Moléculaires et nanoMatériaux pour l’Energie et la Santé (SyMMES)

Groupe Chimie pour la Reconnaissance et l'Etudes d'Assemblages Biologiques (CREAB)

Grenoble

Contact :

Aurélie BOUCHET-SPINELLI

Arnaud BUHOT

Date souhaitée pour le début de la thèse : 01-10-2017

Contact :

Aurélie BOUCHET-SPINELLI

Université Grenoble Alpes - DRF/INAC/SyMMES/CREAB

0438784833

Directeur de thèse :

Arnaud BUHOT

CEA - DRF/INAC/SyMMES/CREAB

04 38 78 38 68

La santé d'un individu dépend dans de nombreux cas du déroulement de sa réponse immunitaire qui organise les défenses de l’organisme contre les infections, intervient dans les mécanismes de maladies inflammatoires et auto-immunes, l’élimination des cellules cancéreuses, les rejets de greffes... La définition précise des fonctions des cellules immunitaires, notamment de leurs sécrétions, présente un intérêt à la fois pour un meilleur diagnostic et une adaptation des traitements. Les biocapteurs actuels permettent leur étude à l'échelle individuelle mais pas, au sein du même dispositif, d'une cellule (environ 10 µm) et de ses protéines sécrétées (nanométriques).

Dans le projet Planarpore lancé en 2016, nous avons réuni les compétences de trois laboratoires : le LAAS (Toulouse) spécialiste en microfabrication, l'IAB (Grenoble), spécialiste en immunologie, et le SyMMES/CREAB, spécialiste en fonctionnalisation de surface pour la conception de biocapteurs. Ce projet est lauréat d'un financement par l'Agence nationale de la recherche, l'ANR. La conception de biocapteurs multi-échelles sera envisagée grâce à des successions de restrictions de différentes tailles dans de canaux microfluidiques pour la détection combinée de lymphocytes et de leurs sécrétions.

Localisé au CREAB, le/la doctorant(e) participera à un travail complémentaire à celui annoncé dans le projet ANR et à fort potentiel applicatif. Il/Elle participera à la biofonctionnalisation électrochimique des restrictions et sera chargé de mettre au point la détection électrique des cellules et des sécrétions dans le microsystème, travail pluridisciplinaire allant de la physique à la manipulation d'objets biologiques. Ce biocapteur générique de détection multi-échelle dynamique sans marquage pourra s'étendre ensuite à tout autre modèle biologique de type cellule/sécrétions ou bactérie/toxines, et donc couvrir un large panel d'applications en santé.

Germanium doping of GaN-based nanostructures for LEDs

SL-DRF-17-0248

Domaine de recherche : Electronique et microélectronique - Optoélectronique
Laboratoire d'accueil :

Photonique, Electronique et Ingénierie Quantiques (PHELIQS)

Laboratoire de Nano Physique des Semi-Conducteurs (NPSC)

Grenoble

Contact :

Eva MONROY

Date souhaitée pour le début de la thèse : 01-10-2017

Contact :

Eva MONROY

CEA - DRF/INAC/PHELIQS/NPSC

0438789068

Directeur de thèse :

Eva MONROY

CEA - DRF/INAC/PHELIQS/NPSC

0438789068

Voir aussi : http://inac.cea.fr/Pisp/100/eva.monroy.html

Voir aussi : http://inac.cea.fr/Phocea/Vie_des_labos/Ast/ast_groupe.php?id_groupe=15

The target of this thesis is to assess the advantages and physical limits of Ge doping of GaN as compared to Si doping, by analyzing Ge-doped thin films and NWs by means of cutting-edge structural characterization, namely Atom Probe Tomography (APT) and transmission electron microscopy (TEM), and correlating the structural/chemical features with the optical and electrical performance.



The nanostructures will be designed in view of their incorporation in GaN LED devices:

* (Al)GaN thin films and quantum wells: Ge is expected to increase the n-type GaN thickness before cracking. Side effects on resistivity and structural and optical properties are to be evaluated. The onset of DX behavior in AlGaN will be studied.

* GaN NWs: The potential improvement of the NW morphology and homogeneity of the dopant distribution are to be studied.

* Impact in the complete device structure: We will evaluate the effect of Ge doping on the uppermost layers of the LEDs, including the presence or not of segregation or memory effects.

La spintronique pour des nouveaux concepts de récepteurs réveils des réseaux de capteurs sans fil

SL-DRF-17-0412

Domaine de recherche : Electronique et microélectronique - Optoélectronique
Laboratoire d'accueil :

Spintronique et technologie des composants (SPINTEC)

Laboratoire Spintec

Grenoble

Contact :

Dominique MORCHE

Ursula EBELS

Date souhaitée pour le début de la thèse : 01-10-2017

Contact :

Dominique MORCHE

CEA - DRT/DACLE//LAIR

33 4 38785403

Directeur de thèse :

Ursula EBELS

CEA - DRF/INAC/SPINTEC/SPINTEC

04 38 78 53 44

Voir aussi : www.spintec.fr

Voir aussi : fp7-mosaic.eu

Les réseaux de capteurs sans fils (Wireless sensor networks WSN) commencent à changer notre vie quotidienne sur de nombreux aspects, par exemple en améliorant notre sécurité ou en réduisant notre empreinte énergétique. Le développement de solutions de capteurs communicants autonomes, adaptables et à forte efficacité énergétique fait l’objet d’intenses recherches. Ce sont les modules de communication entre nœuds (RxTx transceiver) qui sont les plus gourmands en énergie. Une manière de réduire la consommation énergétique est de les réveiller, autrement dit de les alimenter uniquement au moment où ils sont sollicités. On utilise alors un récepteur de réveil, qui à son tour doit être ultra-basse consommation et qui doit être immune contre les signaux parasites (réveil non-intentionné). Pour cela les dispositifs spintroniques proposent une solution robuste et simple. En effet les études récentes montrent que ces dispositifs spintroniques peuvent servir de convertisseurs rf-DC en agissant comme des démodulateurs passifs sélectifs en fréquence possédant une grande sensibilité à faible puissance.

La thèse propose de démontrer de tels récepteurs de réveil spintronique dans la gamme de 0.1-1GHz. Les tâches sont les suivantes :

- optimisation de la réponse du dispositif spintronique (signal de sortie, bande passante, temps de réponse) par variation de l’empilement magnétique

- développement de circuits équivalent du dispositif spintronique

- conception d’une architecture du récepteur réveil

- développement et test du récepteur réveil avec les dispositifs spintroniques.

Ceci est une thèse multidisciplinaire qui s’appuie sur l’expertise de deux laboratoires CEA : INAC/Spintec pour la réalisation des dispositifs spintronique et la caractérisation et la compréhension de leurs propriétés microondes et LETI/DACLE pour la conception des WSN actifs. Le travail sera réalisé en collaboration avec le CNRS/THALES (laboratoire spintronique), qui seront partenaires d’un projet soumit en Octobre 2016 pour financement par l’ANR.

Développement de la cartographie de déformation par imagerie cohérente des rayons X et application aux nano-structures de semi-conducteurs pour l’électronique

SL-DRF-17-0225

Domaine de recherche : Interactions rayonnement-matière
Laboratoire d'accueil :

Modélisation et Exploration des Matériaux (MEM)

Laboratoire Nanostructures et Rayonnement Synchrotron (NRS)

Grenoble

Contact :

Joël EYMERY

Vincent FAVRE-NICOLIN

Date souhaitée pour le début de la thèse : 01-10-2017

Contact :

Joël EYMERY

CEA - DRF/INAC/MEM/NRS

04 38 78 30 15

Directeur de thèse :

Vincent FAVRE-NICOLIN

ESRF-The European Synchrotron - ESRF

0476882811

Voir aussi : http://inac.cea.fr/Phocea/Pisp/index.php?nom=joel.eymery

Voir aussi : http://inac.cea.fr/Phocea/Vie_des_labos/Ast/ast_groupe.php?id_groupe=14

Voir aussi : http://www.esrf.eu/UsersAndScience/Experiments/XNP

L’optimisation des performances des nano-structures de semi-conducteurs demande un contrôle précis des champs de déformation. Ce sujet de thèse est centré sur l’utilisation de la diffraction cohérente des rayons X, qui permet de reconstruire des objets uniques avec une résolution de l’ordre de 5 à 10 nm. Les objectifs principaux sont :

- Le développement de l’imagerie cohérente pour la cartographie de déformation, en tenant compte de toutes les caractéristiques du faisceau X focalisé

- L’étude quantitative d’objets, même dans le cas où ils sont non-isolés

- L’application à des nano-structures contraintes Si-Ge ultra-minces, développées en collaboration par le CEA-LETI et ST Micro-electronics.



Ce sujet est co-financé par le synchrotron Européen ESRF, en prévision de la mise à jour de l’anneau synchrotron, qui permettra en 2019 un flux cohérent de rayons X 100 fois plus intense.

Caractérisation structurale avancée à l'échelle atomique de matériaux fonctionnels

SL-DRF-17-0314

Domaine de recherche : Matière ultra-divisée, physico-chimie des matériaux
Laboratoire d'accueil :

Modélisation et Exploration des Matériaux (MEM)

Laboratoire de Résonance Magnétique (RM)

Grenoble

Contact :

Daniel LEE

Gaël DE PAEPE

Date souhaitée pour le début de la thèse : 01-09-2017

Contact :

Daniel LEE

CEA - DRF/INAC/MEM/RM

0438786584

Directeur de thèse :

Gaël DE PAEPE

CEA - DRF/INAC/MEM/RM

04 38 78 65 70

Voir aussi : http://inac.cea.fr/Pisp/daniel.lee/

Voir aussi : http://inac.cea.fr/en/Phocea/Vie_des_labos/Ast/ast_visu.php?id_ast=1111

INAC (Institute for Nanoscience and Cryogenics, CEA Grenoble) has a PhD opening for a physicist/chemist. This position will deal with the development and implementation of an emerging and powerful atomic-level characterization technique, namely high magnetic field Dynamic Nuclear Polarization (DNP), thus bridging fundamental and application-driven research. DNP is used to hyperpolarize nuclei such that high sensitivity can be attained for solid-state NMR (Nuclear Magnetic Resonance) experiments, allowing the extraction of important structural information, such as surface functionalization and internuclear distances, as well as crystallographic data.



Since the potential of this technique is only just beginning to be realized, and mainly for organic-based systems, the aim of this PhD will be to further develop the methodology and apply it to characterize functional (nano)materials of significant importance for both CEA as well as external collaborators/industry, which could not have been otherwise investigated in such a manner. The studied materials will arise from diverse but related fields including fuel cells (CEA/INAC), photovoltaics (CEA/INAC + external), hybrid organic/inorganic polymers (CEA/LETI + industry), and functionalized nanoparticles (CEA/LITEN).



This PhD will take place in the highly dynamical environment of the MINATEC campus (CEA Grenoble) and more specifically in the nanocharacterization platform (PFNC) where the DNP group, in collaboration with Bruker Biospin (world leader in DNP and NMR instrumentation), is currently pushing the development and use of DNP far beyond its current state-of-the-art. The group is working with the first high-field DNP system installed in France (since September 2011) and has successfully conducted theoretical, methodological, and instrumental developments over the last 5 years.



The work of the PhD candidate represents an interdisciplinary project that will involve:

- mastering sample preparation for DNP of the various systems under investigation (30 %)

- performing spin-dynamics simulations to improve NMR methodology (20 %)

- conducting advanced solid-state MAS-DNP experiments (50 %)

The PhD candidate will thus attain an understanding of quantum mechanics for the spin dynamics at stake in MAS-DNP experiments and for the development and implementation of innovative pulse sequences. A sound knowledge of chemistry and materials science will also be acquired as commanding DNP sample preparation and data interpretation will be paramount to the success of the project.

Élaboration de microparticules magnétiques biocompatibles pour la destruction de cellules cancéreuses

SL-DRF-17-0029

Domaine de recherche : Matière ultra-divisée, physico-chimie des matériaux
Laboratoire d'accueil :

Spintronique et technologie des composants (SPINTEC)

Laboratoire Spintec

Grenoble

Contact :

Robert MOREL

Date souhaitée pour le début de la thèse : 01-10-2017

Contact :

Robert MOREL

CEA - INAC/SPINTEC

04.38.78.55.03

Directeur de thèse :

Robert MOREL

CEA - INAC/SPINTEC

04.38.78.55.03

Voir aussi : http://www.spintec.fr/

Le laboratoire SPINTEC, du CEA/INAC, propose une thèse sur la mise au point de microparticules magnétiques destinées aux applications biomédicales, avec pour objectif la destruction ciblée de cellules cancéreuses. L’approche que nous développons consiste à déclencher la mort spontanée de cellules cancéreuses par vibration mécanique de ces particules, induite par l’effet d’un champ magnétique tournant externe. Le mécanisme de mort cellulaire reste à élucider, mais pourrait procéder par apoptose lorsque les particules fonctionalisées sont attachées à la membrane cellulaire, ou par nécrose lorsqu’elles sont internalisées.

L’effet anti-tumoral associé aux vibrations mécaniques a été mis en évidence en 2010[1] et, depuis, plusieurs études sur ce sujet ont été menées dans notre laboratoire, notamment sur l’élaboration des particules par des techniques empruntées à la microélectronique[2] et leur fonctionnalisation. Le potentiel d’application de ces particules pour le traitement du cancer a été démontré par des observations in vitro dans une thèse récemment soutenue dans notre équipe.[3] Néanmoins, l’extension des travaux en cours à des études in vivo – pour lesquelles de plus grandes quantités de particules sont requises - nécessite la mise au point d’un nouveau procédé d’élaboration.

La thèse proposée consiste à développer la synthèse par broyage mécanique de particules magnétiques de magnétite, matériau choisi pour sa biocompatibilité. Le projet comprendra 1) l’optimisation des propriétés magnétiques des particules ; 2) la mise au point d’un procédé de fonctionnalisation de la surface de façon à assurer, d’une part, la dispersion des particules en solution et, d’autre part, la sélectivité de l’ancrage sur la membrane de cellules cancéreuses ciblées ; 3) la réalisation des études préalables de toxicité et de réponse mécanique sous excitation magnétique ; 4) les tests in vitro permettant d’évaluer l’efficacité de ces nouvelles particules pour la destruction de cellules cancéreuses ; 5) la participation aux premiers essais in vivo sur des tumeurs de glioblastome utilisant ces particules.

Ce travail sera menée en collaboration avec le service SyMMES de l’INAC pour les études de fonctionnalisation et in vitro, et CLINATEC-Lab – sur le centre CEA-Grenoble – pour les essais in vivo. La formation initiale souhaitée est une formation multidisciplinaire en Nanosciences et Nanotechnologies couvrant à la fois des aspects physiques et biologiques.



[1] “Biofunctionalized magnetic-vortex microdiscs for targeted cancer-cell destruction”, D.-H. Kim, E. A. Rozhkova, I. V. Ulasov, S. D. Bader, T. Rajh, M. S. Lesniak, et V. Novosad, Nat. Mater. 9, 165 (2010).

[2] “Self-polarization phenomenon and control of dispersion of synthetic antiferromagnetic nanoparticles for biological applications”, H. Joisten, T. Courcier, P. Balint, P. Sabon, J. Faure-Vincent, S. Auffret, et B. Dieny, Applied Physics Letters 97, 253112 (2010) ; “Comparison of dispersion and actuation properties of vortex and synthetic antiferromagnetic particles for biotechnological applications”, S. Leulmi, H. Joisten, T. Dietsch, C. Iss, M. Morcrette, S. Auffret, P. Sabon, et B. Dieny, Applied Physics Letters 103, 132412 (2013).

[3] “Destruction de cellules cancéreuses par vibrations magnéto-mécaniques de micro/nano particules magnétiques : Élaboration des particules par approche top-down, biofonctionnalisation et tests in vitro”, S. Leulmi, Thèse de Doctorat, Université Joseph-Fourier, Grenoble (2014). http://www.theses.fr/s94192.

Mémoires à double jonction tunnel magnétique pour l’industrie automobile

SL-DRF-17-0488

Domaine de recherche : Matériaux et applications
Laboratoire d'accueil :

Spintronique et technologie des composants (SPINTEC)

Laboratoire Spintec

Grenoble

Contact :

Etienne NOWAK

Ricardo SOUSA

Date souhaitée pour le début de la thèse : 01-10-2017

Contact :

Etienne NOWAK

CEA - DRT/DCOS//LCM

04 38 78 09 88

Directeur de thèse :

Ricardo SOUSA

CEA - DRF/INAC/SPINTEC/SPINTEC

0438784895

Voir aussi : www.spintec.fr

L'industrie de la microélectronique s'intéresse de plus en plus à un nouveau type de mémoire non volatile magnétique appelée STT-MRAM. Dans ces mémoires, les éléments de stockage sont des jonctions tunnel magnétiques qui sont constituées de deux couches ferromagnétiques séparées par une fine barrière d'oxyde tunnel (MgO). Elles sont sur le point d'être introduites dans les produits pour l'électronique grand public. Il est envisagé qu'elles puissent jouer un rôle très important dans l'industrie et en particulier pour l’automobile, mais pour cette dernière application, les spécifications sont beaucoup plus strictes en termes de fiabilité et de températures de fonctionnement (jusqu'à 150°C au lieu de 80°C pour l'électronique grand public).

Dans cette thèse nous proposons d'explorer plusieurs approches permettant d'améliorer performances de ces mémoires en termes de vitesse de commutation, de consommation d'énergie et de plage de fonctionnement.

Les meilleures solutions seront transférées au LETI pour évaluation de la rétention des plots individuels et matrices 4kbit avec intégration CMOS.

Electronique de spin antiferromagnétique

SL-DRF-17-0057

Domaine de recherche : Physique du solide, surfaces et interfaces
Laboratoire d'accueil :

Spintronique et technologie des composants (SPINTEC)

Laboratoire Spintec

Grenoble

Contact :

Vincent BALTZ

Date souhaitée pour le début de la thèse : 01-10-2017

Contact :

Vincent BALTZ

CNRS - DFR/INAC/SPINTEC/SPINTEC

04 38 78 03 24

Directeur de thèse :

Vincent BALTZ

CNRS - DFR/INAC/SPINTEC/SPINTEC

04 38 78 03 24

Voir aussi : http://www.spintec.fr/research/antiferromagnetic-spintronics/

Les matériaux antiferromagnétiques (alignement antiparallèle des moments magnétiques atomiques) pourraient représenter l'avenir des applications d’électronique de spin grâce aux nombreuses fonctionnalités qu'ils combinent: ils sont insensibles aux champs magnétiques, n’en créent pas, possèdent une dynamique magnétique ultrarapide, et génèrent de forts effets de transport électronique dépendent du spin. D’intenses efforts de recherche sont investis au niveau mondial pour comprendre les propriétés de transport dépendant du spin dans les matériaux antiferromagnétiques. Evaluer dans quelle mesure le transport dépendant du spin peut être utilisé pour piloter l'ordre antiferromagnétique et comment détecter les variations induites sont quelques-uns des défis passionnants à relever.

Avec pour paramètres ajustables la nature des éléments constitutifs des matériaux antiferromagnétiques ou encore la qualité des interfaces, nous étudierons principalement l’efficacité de l’injection de spin et le filtrage des interfaces, l’absorption de spin dans le cœur du matériau et les longueurs caractéristiques d’absorption, les températures d’ordre et les susceptibilités magnétiques ou encore l’efficacité des couplages spin-orbite via l’effet Hall de spin.

Cette thèse est expérimentale. Elle s’appuiera sur les nombreux moyens de fabrication (pulvérisation cathodique, épitaxie par jet moléculaire, nanofabrication en salle blanche) et de caractérisation (magnétométrie, résonance ferromagnétique, transport) du laboratoire SPINTEC. Elle bénéficiera des rapports privilégiés avec des laboratoires partenaires pour des expériences en cavité résonante et l’obtention d’échantillons complémentaires.

Etude par des techniques de diffusion in-situ et operando des mécanismes de vieillissement dans les batteries Lithium-ion à base de Silicium

SL-DRF-17-0512

Domaine de recherche : Physique du solide, surfaces et interfaces
Laboratoire d'accueil :

Modélisation et Exploration des Matériaux (MEM)

Groupe Service Général de Rayons X

Grenoble

Contact :

Stéphanie POUGET

Sandrine LYONNARD

Date souhaitée pour le début de la thèse : 01-10-2017

Contact :

Stéphanie POUGET

CEA - DRF/INAC/MEM/SGX

04 38 78 54 63

Directeur de thèse :

Sandrine LYONNARD

CEA - DRF/INAC/SyMMES/PCI

04 38 78 92 86

Silicon, due to its great capacity (3576 mAh/g), is one of the best candidates to substitute graphite in the new generation of Lithium-ion batteries. Yet, Silicon anodes present large volume expansion during the lithiation which induces a large irreversible capacity. Silicon based nanostructured materials (nanoparticles, nanowires, nanocomposites) attract considerable attention because they can mitigate volume expansion effects, increase the surface area and allow innovative architectures. Understanding the basic mechanisms of lithiation and delithiation in these materials is critical to improve the performance and lifetime of Li-ion batteries. Although post-mortem investigations at various states of (dis)charges are invaluable, there is a growing interest in operando methods to continuously diagnose the battery components in the course of device cycling.

In this subject, we propose a combination of cutting-edge in-situ and operando scattering techniques to address the problematic of ageing in Lithium-ion batteries with nanoSilicon-based electrodes more particularly focusing on critical processes such as Solid Electrolyte Interphase (SEI) formation, structural deformations and size variations of the nano-objects. X-rays reflectivity, X-rays diffraction, Small Angle Neutron and X-rays scattering are ideal tools to probe the electrode-electrolyte interface, the size, shape, organization and internal structure of Si nano-objects. These techniques will be coupled with electrochemical characterizations, with the aim of providing a detailed understanding of complex mechanisms occurring during the charge and the discharge of the Lithium battery, which are critical for improving the performances of these energy storage devices.

Mesure de transport dans les matériaux topologiques

SL-DRF-17-0278

Domaine de recherche : Physique du solide, surfaces et interfaces
Laboratoire d'accueil :

Photonique, Electronique et Ingénierie Quantiques (PHELIQS)

Laboratoire Instrumentation Matériaux Avancés,Physique des Electrons Corrélés (IMAPEC)

Grenoble

Contact :

Alexandre POURRET

Georg KNEBEL

Date souhaitée pour le début de la thèse : 01-09-2016

Contact :

Alexandre POURRET

UGA - DRF/INAC/PHELIQS/IMAPEC

04387883951

Directeur de thèse :

Georg KNEBEL

CEA - DRF/INAC/PHELIQS/IMAPEC

04 38 78 39 51

Voir aussi : http://inac.cea.fr/Pisp/alexandre.pourret/

Voir aussi : http://inac.cea.fr/Phocea/Vie_des_labos/Ast/ast_groupe.php?id_groupe=338

L'objectif de la thèse est de comprendre au niveau fondamental les différents phénomènes non conventionnels qui sont présents dans les semi-métaux topologiques 3D récemment découverts à l’aide d’études expérimentales originales. Ainsi, le candidat sera impliqué dans les mesures de caractérisation (résistivité, pouvoir thermoélectrique, chaleur spécifique...) à très basse température et haut champ magnétique, l'analyse des données, et dans l'amélioration du dispositif expérimental. Il pourra aussi collaborer avec les autres personnes du laboratoire qui font des mesures complémentaires sur ces mêmes composés et il pourra être amené à réaliser des expériences sur grands instruments (LNCMI...).

Le candidat possèdera une formation solide en Physique de la matière condensée et/ou en mécanique quantique et une forte motivation pour le travail expérimental nécessitant une instrumentation complexe et délicate. Il deviendra autonome sur les techniques de cryogénie, de cristallogenèse et de caractérisation en s’appuyant dans un premier temps (stage master2) sur l’expertise des chercheurs au sein du laboratoire. Il participera activement aux discussions et au travail avec l’équipe impliquée dans son sujet de recherche.

Modélisation de la dynamique des bits quantiques Silicium

SL-DRF-17-0052

Domaine de recherche : Physique du solide, surfaces et interfaces
Laboratoire d'accueil :

Modélisation et Exploration des Matériaux (MEM)

Laboratoire de Simulation Atomistique (L_Sim)

Grenoble

Contact :

Yann Michel NIQUET

Date souhaitée pour le début de la thèse : 01-10-2017

Contact :

Yann Michel NIQUET

CEA - DRF/INAC/MEM/L_Sim

04.38.78.21.86

Directeur de thèse :

Yann Michel NIQUET

CEA - DRF/INAC/MEM/L_Sim

04.38.78.21.86

Voir aussi : http://inac.cea.fr/L_Sim/Qui/YMNiquet/

Voir aussi : http://inac.cea.fr/L_Sim/

Voir aussi : https://scholar.google.fr/citations?user=h02ymwoAAAAJ

Des "ordinateurs quantiques" seront sans doute capables de résoudre un jour des problèmes hors de portée des ordinateurs classiques actuels. De tels ordinateurs ne manipulent plus seulement les électrons comme des particules, mais aussi des ondes qui entretiennent des relations de phase et qu'il est donc possible de faire interférer. La préparation, la manipulation cohérente et la "lecture" d'états quantiques posent des défis immenses. L'une des options prometteuses pour réaliser des "bits quantiques" consiste à détourner des transistors MOS silicium pour y stocker un ou quelques électrons et y manipuler leur spin. Le CEA fabrique et caractérise de tels dispositifs, et développe des outils de simulation adaptés.

L'objectif de cette thèse sera d'étudier la dynamique des électrons dans ces dispositifs en résolvant l'équation de Schrödinger dépendante du temps en présence d'interactions électroniques. Il s'agira de mieux appréhender comment manipuler les électrons et leur spin, et de comprendre comment les interactions de ces électrons avec leur environnement limitent le "temps de cohérence" pendant lequel il est possible de stocker une information quantique. Cette étude sera menée en étroite collaboration avec les équipes de physique expérimentale travaillant sur le sujet au CEA/INAC, CEA/IRAMIS et CEA/LETI, ainsi qu'avec les partenaires européens du CEA.

Mémoires magnétiques memristives pour synapses spintroniques

SL-DRF-17-0523

Domaine de recherche : Physique du solide, surfaces et interfaces
Laboratoire d'accueil :

Spintronique et technologie des composants (SPINTEC)

Laboratoire Spintec

Grenoble

Contact :

Liliana-Daniela BUDA-PREJBEANU

Bernard DIENY

Date souhaitée pour le début de la thèse : 01-10-2017

Contact :

Liliana-Daniela BUDA-PREJBEANU

Grenoble INP - DRF/INAC/SPINTEC/SPINTEC

04 38 78 44 19

Directeur de thèse :

Bernard DIENY

CEA - DRF/INAC/SPINTEC/SPINTEC

04 38 78 38 70

Voir aussi : www.spintec.fr

Les circuits électroniques conventionnels consomment beaucoup plus d’énergie que le cerveau humain à performances comparables (~50MW pour un super-ordinateur comparé à ~20W pour le cerveau humain). En conséquence, il y a un intérêt croissant en électronique pour développer des circuits qui imitent le fonctionnement du cerveau. Ces circuits sont particulièrement adaptés pour des fonctions d’apprentissage, d’association et de reconnaissance. Dans ce but, il est nécessaire de développer de nouveaux composants électroniques réalisant les fonctions de neurones et de synapses. Les synapses sont des éléments d’interconnexions entre neurones capables de garder la mémoire de l’histoire du courant qui les traverse.

Dans cette thèse, nous proposons de développer de tels synapses électroniques utilisant des phénomènes spintroniques, en particulier la magnétorésistance tunnel de jonctions tunnel magnétiques et l’effet de transfert de spin. La résistance du composant variera continûment entre une valeur minimale et une valeur maximale en fonction de la succession des pulses de courant traversant l’élément (memristor). Ce travail reposera sur la grande expérience de SPINTEC dans le domaine des oscillateurs à transfert de spin et des mémoires magnétorésistives MRAM.

La thèse commencera par des simulations micromagnétiques visant à dimensionner le composant et à choisir les matériaux les plus appropriés pour cette application. Ces matériaux seront ensuite optimisés expérimentalement et des composants memristifs seront fabriqués à partir de ces derniers dans notre salle blanche. Ces composants seront alors testés électriquement au laboratoire pour démontrer la fonctionnalité memristive. Des circuits simples neuromorphiques seront ensuite réalisés pour tester les fonctions d’apprentissage et de reconnaissance.

Nouveaux alliages de type GeSn : un gap direct dans les semiconducteurs IV

SL-DRF-17-0162

Domaine de recherche : Physique du solide, surfaces et interfaces
Laboratoire d'accueil :

Photonique, Electronique et Ingénierie Quantiques (PHELIQS)

Laboratoire Silicium Nanoélectronique Photonique et Structures (SINAPS)

Grenoble

Contact :

Nicolas PAUC

Vincent CALVO

Date souhaitée pour le début de la thèse : 01-10-2017

Contact :

Nicolas PAUC

CEA - DRF/INAC/PHELIQS/SINAPS

04 38 78 18 04

Directeur de thèse :

Vincent CALVO

CEA - DRF/INAC/PHELIQS/SINAPS

0438781809

Ce projet s’intéresse à la réalisation et l’étude d’un nouveau type de source laser à semiconducteur à base de germanium (Ge) et d’étain (Sn) qui a été démontrée pour la première fois en 2015 [1] et 2016 [2]. Ge et Sn sont compatibles avec les procédés de fabrication employés en électronique, faisant du laser GeSn un élément de rupture pour la photonique sur silicium.

Nous proposons dans cette thèse d’étudier des films d'alliages de Ge1-xSnx crus sur substrat silicium dans le but d’obtenir à court terme l’effet laser par pompage optique. Un effort important portera également sur la réalisation d'hétérostructures où les porteurs et les photons sont confinés dans le milieu actif, ceci dans le but d'abaisser le seuil laser. A cette fin, la synthèse d'alliages ternaires de type Ge1-x-ySnxSiy, utilisés comme matériau barrière, sera développée en collaboration avec le CEA-LETI. Les propriétés fondamentales des matériaux synthétisés telles que la valeur du gap direct, l'énergie de confinement dans l'hétérostructure, le rendement quantique interne ou encore la densité d'états recombinant de surface seront étudiés au laboratoire, en préalable à la réalisation de résonateurs optiques en salles blanches.



[1] S. Wirths et al, Nature Photonics, 9, 88–92 (2015)

[2] D. Stange et al, ACS Photonics, 3, 1279-1285 (2016)

Source de photons uniques efficace à base de nanofils semiconducteurs

SL-DRF-17-0322

Domaine de recherche : Physique du solide, surfaces et interfaces
Laboratoire d'accueil :

Photonique, Electronique et Ingénierie Quantiques (PHELIQS)

Laboratoire de Nano Physique des Semi-Conducteurs (NPSC)

Grenoble

Contact :

Edith BELLET-AMALRIC

Kuntheak KHENG

Date souhaitée pour le début de la thèse : 01-10-2017

Contact :

Edith BELLET-AMALRIC

CEA - DRF/INAC/PHELIQS/NPSC

04 38 78 44 06

Directeur de thèse :

Kuntheak KHENG

Universite Grenoble Alpes - DRF/INAC/PHELIQS/NPSC

04 38 78 47 01

Voir aussi : http://inac.cea.fr/Pisp/kuntheak.kheng/

Voir aussi : http://neel.cnrs.fr/spip.php?rubrique47

La source de photons uniques est un élément clé dans le cadre de la communication et calcul quantique. Les photons uniques, émis un par un et codés par leur polarisation, jouent le rôle de qubits volants dans les échanges d’information. Ils sont en particulier requis dans de nombreux protocoles de cryptographie quantique, intrinsèquement surs, qui permettent la transmission d'une clé de décryptage secrète. Une telle source peut être réalisée avec des boîtes quantiques à base de semiconducteurs comme cela a été démontré dans de nombreux matériaux. Cependant ces démonstrations étaient pour la plupart limitées à des températures cryogéniques. Notre équipe a montré très récemment qu’une boîte quantique CdSe insérée dans un nanofil ZnSe, était capable d’émettre des photons uniques jusqu’à la température ambiante [1]. Ce résultat remarquable (une 1ère mondiale pour une boîte quantique épitaxiée) ouvre les perspectives d’une utilisation réaliste des boîtes quantiques dans les technologies de l’information quantique. De plus, l’émission dans le visible de ces boîtes CdSe/ZnSe est particulièrement bien adaptée pour les communications en espace libre (pour l’établissement de liaisons sol-satellite par exemple) grâce à la grande transparence de l’atmosphère et la disponibilité de détecteurs rapides de photons uniques dans ce domaine spectral.



Le but de la thèse est de développer une source de photons uniques efficace à base d’une boîte quantique formée dans un nanofil de semiconducteur II-VI. Il consistera à étudier (i) la croissance d’hétérostructures de nanofils de type cœur-coquille afin d'améliorer le rendement quantique d'émission, (ii) le couplage de ces nano-émetteurs à diverses structures photoniques pour une extraction et une collection efficace de la lumière, et (iii) la possibilité de mettre en œuvre une excitation optique par micro-laser pour obtenir un dispositif compact. Ces études offrent la possibilité d'explorer des phénomènes physiques de base (mécanismes de croissance, interaction nanostructure-photon etc...) à l'échelle nanométrique, tout en contribuant au développement d'un dispositif original et essentiel pour le domaine de la communication quantique et de l'information quantique.



[1] Ultrafast Room Temperature Single-Photon Source from Nanowire-Quantum Dots, S. Bounouar et al., Nano Lett. 12, 2977 (2012).

Utilisation du couplage spin-orbite dans le silicium et le germanium pour la génération, détection et manipulation du spin

SL-DRF-17-0372

Domaine de recherche : Physique du solide, surfaces et interfaces
Laboratoire d'accueil :

Spintronique et technologie des composants (SPINTEC)

Laboratoire Spintec

Grenoble

Contact :

Alain MARTY

Matthieu JAMET

Date souhaitée pour le début de la thèse : 01-10-2017

Contact :

Alain MARTY

CEA - DRF/INAC/SPINTEC/SPINTEC

0438783366

Directeur de thèse :

Matthieu JAMET

CEA - DRF/INAC/SPINTEC/SPINTEC

04 38 78 22 62

Voir aussi : http://inac.cea.fr/Pisp/matthieu.jamet/

Voir aussi : http://www.spintec.fr/research/2d-spintronics/

L’objectif de la spintronique dans les semiconducteurs est l’utilisation du spin de l’électron en plus de sa charge dans les dispositifs de la microélectronique. Le degré de liberté de spin permet d’ajouter de nouvelles fonctionnalités aux dispositifs existants et de réduire la consommation d’énergie. Les trois étapes clés pour le développement de cette nouvelle technologie sont la génération, la détection et la manipulation d’électrons polarisés en spin dans le silicium et le germanium, les matériaux de la microélectronique actuelle. Un nouveau paradigme est récemment apparu dans la communauté de la spintronique qui consiste à utiliser le couplage spin-orbite pour réaliser ces trois opérations. Le couplage spin-orbite couple le moment et le spin de l’électron. Il permet donc de manipuler le spin à l’aide d’un champ électrique mais aussi de réaliser l’inter-conversion courant de charge-courant de spin par effet Hall de spin dans les matériaux massifs et par effet Rashba aux interfaces.

Malheureusement, le couplage spin-orbite est trop faible dans le Si et le Ge et c’est l’objectif de la thèse d’étudier des méthodes pour l’exalter. Nous nous concentrerons tout d’abord sur les interfaces métal/Si(111) et métal/Ge(111) dans lesquelles un très fort couplage spin-orbite de type Rashba a été prédit. Ensuite, deux autres systèmes prometteurs seront abordés : des films de Si et Ge dopés avec des atomes lourds pour augmenter le couplage spin-orbite dans le massif et des isolants topologiques épitaxiés sur Si(111) ou Ge(111) dans lesquels l’inter-conversion courant de charge-courant de spin est très efficace. Le candidat bénéficiera de la longue expérience de notre équipe en spintronique des semi-conducteurs de d’une collaboration forte avec le CEA LETI.



Pour la réalisation finale d'un transistor à spin, l'étudiant réalisera les tâches suivantes:

1) La croissance par épitaxie par jets moléculaires des jonctions tunnel magnétiques sur Si et Ge qui serviront d'électrodes d'injection et détection de spin.

2) La croissance des états Rashba métal/Si et métal/Ge par épitaxie par jets moléculaires.

3) La nanofabrication des dispositifs en salle blanche par lithographie électronique et optique

4) Les mesures de magnétotransport sur les dispositifs obtenus à l'aide d'un cryostat dédié (2-300K, 0-7 Tesla)

5) L'interprétation de signaux électriques dans le cadre des modèles déjà existants. Développement de nouveaux modèles. Des simulations par éléments finis seront aussi envisagées pour visualiser les courants de spin dans le système.



Circuits Supraconducteurs en Technologie Silicium

SL-DRF-17-0356

Domaine de recherche : Physique mésoscopique
Laboratoire d'accueil :

Photonique, Electronique et Ingénierie Quantiques (PHELIQS)

Laboratoire de Transport Electronique Quantique et Supraconductivité (LATEQS)

Grenoble

Contact :

François LEFLOCH

Date souhaitée pour le début de la thèse : 01-10-2016

Contact :

François LEFLOCH

CEA - DRF/INAC/PHELIQS/LATEQS

04-38-78-48-22

Directeur de thèse :

François LEFLOCH

CEA - DRF/INAC/PHELIQS/LATEQS

04-38-78-48-22

L’énorme avantage de la technologie Silicium est sa maturité et sa fiabilité. Or, il se trouve que certains matériaux utilisés ou intégrable dans les dispositifs à base de silicium sont supraconducteurs à basse température. L’objectif de ce projet est donc de réaliser, à partir de ces matériaux, un nouveau genre de dispositifs de type transistor MOSFET pour lesquels les électrodes drain et source seront supraconductrices. Une fois réalisés ces nouveaux circuits permettront de développer des architectures quantiques dans une technologie intégrable.

A basse température, un transistor MOSFET silicium de taille nanométrique agit comme un transistor à un électron à cause du confinement électrostatique et de l’interaction coulombienne. Cette situation apparait lorsque l’énergie de charge devient plus importante que l’énergie thermique. Par ailleurs, la supraconductivité est décrite par la condensation d’un très grand nombre de paires d’électrons dans un état quantique macroscopique. D’un point de vue purement scientifique, l’intérêt de l’étude est de mieux comprendre comment des propriétés à priori antagonistes peuvent coexister dans ce genre de dispositifs hybrides. L’un des objectifs est de réaliser des dispositifs de type jonctions Josephson contrôlables par une grille et pour lesquelles un courant électrique peut circuler sans dissipation. Ces composants couplés à une capacité permettent de réaliser un qubit supraconducteur dont l’écart entre niveaux d’énergie est contrôlable par la grille. Ce point est important pour pouvoir ajuster le couplage du qubit avec une cavité supraconductrice dont la fréquence de résonance est fixée par la géométrie. Dans beaucoup de situations expérimentales, c’est ce couplage qui permet de lire et/ou transférer l’information quantique portée par le qubit.

D’un point de vue technologique, les électrodes seront fabriquées à partir de silicures supraconductrices comme le mono-siliciure de PtSi ou de Silicium dopé Bore (Si:B) qui peut être rendu supraconducteur par recuit/dopage laser. Dans le cas des silicures, l’objectif est de maitriser les réactions à l’état solide métal/semi-conducteur afin d’obtenir la bonne phase supraconductrice en veillant à ce que ce siliciure soit le plus proche de l’entrée du canal du transistor. Pour le Si:B, il convient de maitriser le recuit/dopage laser d’abord sur du Silicium sur isolant (SOI) puis sur des structures préexistantes sans les endommager. L’objectif technologique est de diminuer les résistances d’accès qui sont une source importante de dissipation dans les transistors submicroniques commerciaux. C’est un enjeu primordial dans l’industrie de la micro-nano électronique où la consommation énergétique est un facteur limitant de développement.

En pratique, l’étudiant(e) sera rattaché(e) à l’INAC/PHELIQS/LaTEQS et intégrera l’équipe DTSI/SDEP du CEA/LETI pour la réalisation de structures de test simplifiées ainsi que de dispositifs en salle blanche. Les mesures à basse température se feront au LaTEQS de l’INAC au CEA.

Visualisation de la supraconductivité hors-équilibre

SL-DRF-17-0519

Domaine de recherche : Physique mésoscopique
Laboratoire d'accueil :

Photonique, Electronique et Ingénierie Quantiques (PHELIQS)

Laboratoire de Transport Electronique Quantique et Supraconductivité (LATEQS)

Grenoble

Contact :

Claude CHAPELIER

Date souhaitée pour le début de la thèse : 01-09-2017

Contact :

Claude CHAPELIER

CEA - DRF/INAC/PHELIQS/LATEQS

0438783905

Directeur de thèse :

Claude CHAPELIER

CEA - DRF/INAC/PHELIQS/LATEQS

0438783905

Voir aussi : http://inac.cea.fr/Pisp/vincent.renard/GroupSite/

Les supraconducteurs de forte résistivité à l’état normal, tel que le nitrure de Titane (TiN), sont des matériaux idéaux pour les détecteurs de photons à inductance cinétique et les amplificateurs paramétriques supraconducteurs. Cependant, cette grande résistivité tend à localiser les électrons au détriment de la supraconductivité. Cette compétition conduit à une transition entre un état supraconducteur et un état isolant. Il a été montré qu’à l’approche de cette transition, l’état supraconducteur devient intrinsèquement inhomogène. Cette inhomogénéité électronique influence nécessairement la dynamique des quasi-particules. En effet, la réponse électrodynamique des supraconducteurs fortement désordonnés est d’autant plus altérée que le désordre est important. Qualitativement, ces observations peuvent s’expliquer par un modèle où les quasi-particules sont piégées dans des régions où le paramètre d’ordre est plus faible et qui sont intrinsèquement présentes dans ces matériaux.



Le but du projet est de tester ce modèle en visualisant les inhomogénéités supraconductrices d’un nanofil de TiN à l’aide d’un microscope à effet tunnel (STM) fonctionnant à 50 mK et en enregistrant simultanément le courant critique du nanofil en fonction de la position de la pointe du STM. On pourra ainsi remonter à l’efficacité locale de la brisure des paires de Cooper par l’injection de quasi-particules à différentes énergies. Les expériences se feront aussi sous champ magnétique, à proximité d’un cœur de vortex (tube de flux quantique qui traverse le supraconducteur) afin de comprendre la compétition entre le piégeage des quasi-particules dans le vortex et les processus de recombinaison en paires de Cooper. Ce travail est une collaboration entre les laboratoires CEA-INAC et l’IRAM. Pendant le stage de master, l’étudiant(e) se familiarisera aux techniques de croissance du TiN par pulvérisation cathodique et caractérisera ses propriétés supraconductrices par spectroscopie tunnel (STM) à basse température. Pendant la thèse qui suivra, il (elle) fabriquera les nanofils en salle blanche par lithographie électronique et gravure puis en fera la spectroscopie hors-équilibre par STM à 50 mK.

Effet des interactions sur les propriétés topologiques de jonctions Josephson multiterminales

SL-DRF-17-0246

Domaine de recherche : Physique théorique
Laboratoire d'accueil :

Photonique, Electronique et Ingénierie Quantiques (PHELIQS)

Groupe Théorie

Grenoble

Contact :

Manuel HOUZET

Julia MEYER

Date souhaitée pour le début de la thèse : 01-09-2016

Contact :

Manuel HOUZET

CEA - DRF/INAC/PHELIQS/GT

04.38.78.90.44

Directeur de thèse :

Julia MEYER

Université Grenoble Alpes - DRF/INAC/PHELIQS/GT

04.38.78.31.46

Voir aussi : http://inac.cea.fr/Pisp/manuel.houzet

Il y a actuellement un fort effort de recherche pour réaliser de nouvelles phases de la matière qui admettent des états topologiquement protégés à leurs bords. Une voie prometteuse consiste à combiner différents matériaux conventionnels pour obtenir des hétérostructures présentant ces propriétés. Les jonctions Josephson multiterminales formées entre des supraconducteurs conventionnels peuvent être elles-mêmes considérées comme des matériaux topologiques. Par exemple, des jonctions à 4 terminaux peuvent admettre des états liés topologiquement protégés à énergie nulle et qui réalisent ce qu’on appelle des singularités de Weyl. Leur existence peut être révélée grâce à une transconductance quantifiée, comme dans l'effet Hall quantique, mais en absence de champ magnétique.

Le but du projet sera d'explorer cette idée récente en étudiant d’un point de vue théorique la robustesse de cette prédiction en présence de répulsion Coulombienne à l’intérieur de la jonction. En particulier, la présence de singularités de Weyl sera analysée dans un modèle concret d’îlot quantique pour la jonction.

Développement et étude des effets toxiques de nouveaux quantum dots, dans une approche safer-by-design

SL-DRF-17-0209

Domaine de recherche : Toxicologie
Laboratoire d'accueil :

SYstèmes Moléculaires et nanoMatériaux pour l’Energie et la Santé (SyMMES)

Laboratoire Lésions des Acides Nucléiques (LAN)

Grenoble

Contact :

Peter REISS

Marie CARRIÈRE

Date souhaitée pour le début de la thèse : 01-10-2017

Contact :

Peter REISS

CEA - DRF/INAC/SyMMES/LEMOH

0438789719

Directeur de thèse :

Marie CARRIÈRE

CEA - DRF/INAC/SyMMES/LAN

0438780328

Voir aussi : http://inac.cea.fr/Pisp/marie.carriere/

Voir aussi : http://inac.cea.fr/Phocea/Vie_des_labos/Ast/ast_groupe.php?id_groupe=546

Les quantum dots (QDs) sont des nanocristaux semi-conducteurs présentant des propriétés optiques particulièrement intéressantes. De ce fait ils sont aujourd'hui utilisés dans des écrans LCD, téléviseurs, cellules solaires et OLEDs. Les QDs actuellement incorporés dans ces produits sont à base de cadmium (Cd), métal connu pour ses effets toxiques, en particulier ses effets cancérigènes. En conséquence si ces équipements ne sont pas correctement recyclés, ils pourront libérer des métaux toxiques dans l'environnement. Les stratégies destinées à réduire ces effets toxiques consistent soit à limiter le relargage des métaux toxiques par addition d’une coquille de matériau inerte, tel que le ZnS, à la surface des QDs, soit à développer des QDs sans Cd, par exemple à base d’InP ou de CuInS2 ou CuInSe2. Dans le cadre du labex SERENADE (projet SAQADO), le but de cette thèse est de développer de nouvelles formulations de QDs dans une approche « safer-by-design ». Les effets toxiques de ces formulations seront alors testées sur des modèles de cellules de peau humaine (cytotoxicité, génotoxicité, stress oxydant etc.) soit à l’état brut, soit après vieillissement en enceinte climatique. Leurs propriétés physico-chimiques seront caractérisées (taille, composition, état d’agglomération/d’agrégation, dissolution etc.).

Ce projet pluridisciplinaire implique de la biologie cellulaire, des analyses physico-chimiques mises en œuvre sur des plateformes nationales telles que la plateforme de nanocaractérisation du CEA de Grenoble, la tomographie X au CEREGE à Aix en Provence, ou les lignes synchrotron de l’ESRF. De ce fait un profil de candidat possédant des compétences pluridisciplinaires est recherché, si possible centrées en biologie/biotechnologie/matériaux ou chimie/physico-chimie.

 

Retour en haut